revue lisières revue des arts contemporains

arts plastiques
Jean-Luc Parant

Jean-Luc Parant se définit comme fabricant de boules et de textes sur les yeux. Entremêlée à son œuvre plastique, l'écriture de ses textes qu'il lit à haute voix, édite ou inscrit sur les murs des lieux où il expose vient enrichir son questionnement sur le regard, l'art et la condition humaine.

Jean-Luc Parant

  • SOMMAIRE DU NUMÉRO 24

  • Entretien avec Jean-Luc Parant
  • Reproductions en couleurs
  • Au commencement, le manque, Essai de Laurent Brunet
  • Parcours bioraphique
  • THÈMES

  • Voir et toucher
  • Les textes sur les yeux
  • Le manque
  • La lumière et la nuit
  • Tout recommencer
Jean-Luc Parant

Mes mains sont-elles devenues des yeux à force de faire des boules ? Est-ce une tentative pour se transformer tout entier en un œil et devenir voyant ? Je crois que les mains sont des yeux pour voir le corps et que les yeux sont des mains pour toucher le monde. Si le toucher est le regard du corps, le regard est le toucher du monde. Si nous pouvions nous voir tout entiers, est-ce que nos mains qui n'auraient plus besoin de toucher notre corps pour le voir pourraient encore toucher les autres corps ? Ou est-ce que la lumière serait alors devenue si éblouissante que les corps deviendraient totalement intouchables ?

Extrait de l'entretien avec Jean-Luc Parant
Le 12 février 2008 à La Giffardière en Normandie

Jean-Luc Parant
commander ce numéro